Vidéo Aviation: Un pilote d’Air Canada manque de peu d’atterrir sur un autre avion

 

Ces images récemment diffusées montrent le moment où un pilote d’Air Canada s’est retrouvé à quelques mètres d’un autre avion lors de sa tentative d’atterrissage.

 

De nouvelles images montrent à quel point un avion d’Air Canada a évité le pire lors d’un atterrissage à San Francisco, l’année passée.

L’incident s’est produit le 7 juillet 2017.

On savait déjà que l’appareil était à 30 mètres d’une catastrophe quand le vol 759 d’Air Canada arrivait de Toronto en toute fin de soirée, avec 140 personnes à bord.

De nouvelles images du NTSB, le Bureau américain de la sécurité des transports, montrent maintenant l’Airbus A320 d’Air Canada étant sur le point d’atterrir sur un Boeing en attente sur la voie de circulation.

 

Le vol 759 d'Air Canada sur le point d'atterrir sur la voie de circulation.

Le vol 759 d’Air Canada sur le point d’atterrir sur la voie de circulation. Photo : Bureau américain de la sécurité des transports

Le vol 759 d'Air Canada est en train de voler juste au-dessus du premier des quatre appareils en attente sur la voie de circulation.

Le vol 759 d’Air Canada est en train de voler juste au-dessus du premier des quatre appareils en attente sur la voie de circulation. Photo : Bureau américain de la sécurité des transports

Les nouvelles données du NTSB indiquent que l’avion a volé à 59 pieds d’altitude au-dessus de quatre avions stationnés, avant d’annuler son atterrissage.

C’est seulement 3 pieds de plus que la hauteur du Boeing 787 qui attend sur la piste avec des passagers à bord.

Le vol 759 d'Air Canada s'oriente vers les airs à la demande du contrôleur aérien.

Le vol 759 d’Air Canada s’oriente vers les airs à la demande du contrôleur aérien. Photo : Bureau américain de la sécurité des transports

Pilotes expérimentés

Les deux pilotes étaient pourtant très expérimentés, avec 20 000 heures de vol pour l’un et 10 000 heures pour l’autre.

Ces derniers ont indiqué aux enquêteurs du Bureau américain de la sécurité des transports « que quelque chose semblait anormal, sans toutefois apercevoir les appareils sur la voie de circulation. »

Les autorités américaines de l’aviation poursuivent leur enquête afin de comprendre les causes de l’incident.

Air Canada a pour sa part refusé de commenter l’affaire en raison de l’enquête en cours.

 

 

 

Vidéo et article:Des abeilles-robots pour sauver des plantes… ou pour préparer le programme de dépopulation

Ni vu ,ni connu!

Les chercheurs de l’Université Harvard ont mis au point une abeille robotisée capable de décoller, puis d’effectuer les mouvements de tangage et de roulis. Le projet Robobees a démarré en 2009, avec le travail sur de minuscules aéronefs inspirés par les insectes capables d’assumer plusieurs tâches différentes. La structure de ces bestioles artificielles est un sandwich de fibre de carbone, de film plastique, de feuilles de titane, de laiton et de céramique, pliées selon une forme découpée au laser. 

Une imitation du vivant!

Les Robobees peuvent décoller de façon autonome et acceptent des commandes en vol. L’ajout de deux vérins sous les ailes de ces robots volants a permis de les faire tanguer et rouler. La multiplication de ces robots pourrait leur permettre d’effectuer plus efficacement des tâches complexes, selon les principes de robotique en essaim et d’intelligence distribuée.

Les applications possibles pour de tels robots en forme d’insectes seraient multiples : recherche et sauvetage (après une catastrophe naturelle par exemple), exploration d’un environnement dangereux, surveillance, cartographie climatique haute résolution ou observation du trafic… et pollinisation ciblée et à échelle limitée.

Il paraît illusoire toutefois d’espérer que le rôle crucial des véritables abeilles dans la pollinisation puisse un jour être joué à grande échelle par des robots : on estime à 680 millions en moyenne la population d’abeilles en Europe, soit environ 14 milliards de colonies de 20 000 à 80 000 individus selon les saisons. Ça ferait beaucoup de robots…

EN CONCLUSION

Les abeilles meurent… Mais la relève est assurée ! Les abeilles, clé de voûte de notre sécurité alimentaire, sont en déclin. Les industriels des pesticides entretiennent notre addiction aux produits phytosanitaires qui sont une des causes de la disparition des abeilles. Mais ce n’est pas un problème. Il existe une solution pour cela : les RoboBees. Ces petites abeilles-robots permettront, le moment venu, de préserver une parfaite biodiversité tout en continuant à utiliser des pesticides, puisque rien ne peut les atteindre. L’humanité est sauve. N’est-il pas formidable de pouvoir pulvériser des produits phytosanitaires en quantité exorbitante, et en toute impunité ? Les géants des pesticides n’auront plus à s’inquiéter de l’utilisation excessive de leurs produits et de la préservation des pollinisateurs. Les abeilles peuvent être si facilement remplacées… Est-ce que c’est vraiment cela que vous voulez ?   

Un jour,à négliger le travail des scientifiques à l’emploi du Nouvel Ordre Mondial,nous serons nous-mêmes remplacés par des robots à l’aspect humain…et il sera trop tard!

 

Vont-elles toujours suivre aveuglément leurs programmes…les abeilles-robots?

Le Club Drone-Québec vous invite tous à partager notre plaisir

C’est avec plaisir que nous vous invitons tous à venir partager votre passion des drones,des modèles réduits et de l’aviation en général.

Nous explorerons tous les aspects de l’évolution des drones,des avions et mêmes des dirigeables qu’ils soient contrôlés ou non par radio.

Si vous avez des vidéos ou des photos en provenance de vos drones ou avions à télécommande,il nous fera plaisir de vous diffuser ici.

Nous prévoyons organiser des activités,au Québec,afin de nous rassembler dans des événements communs.

Nous prévoyons même lancer des fusées qui emporteront des caméras  en haute altitude.

Donc,bienvenue à tous et à toutes…d’ou que vous soyez!

race_vision_220_fpv_pro_drone_58989_1_